L’Obésité :

C’ est le problème N°1 de nos sociétés développées, et même si vous êtes encore mince à 25 ans , je suis désolée pour vous mais il est possible que cela ne dure pas. Les personnes vivant dans les pays occidentaux ont globalement pris une taille de plus . Combien de personnes à 40/50 ans viennent me consulter en me disant à 18 ans à 25 ans j’étais mince comme vous alors que j’ai une personne en face de moi aux formes rebondies et largement en surpoids . Et cela vaut autant pour les hommes que pour les femmes. Et pourtant quand ces personnes viennent me voir en général ils n’ont pas mégoter sur les régimes, les infos, le sport tout ce qui pouvait les faire maigrir. Lutter contre le surpoids et l’obésité est devenu un véritable enjeu de santé publique. Concernant près de 2 milliards de personnes dans le monde, l’accumulation excessive de graisses est aujourd’hui considérée comme une épidémie mondiale.

Et pourtant il n’y a pas de miracle , nous sommes dans une société où l’on mange trop et même quand on veut faire attention , les sollicitations sont multiples; alors il n’ y aurait rien à faire?:
Si bien sur car face à ce constat, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) rappelle l’importance de la prévention. En plus d’un mode de vie sain et équilibré, de nombreux chercheurs travaillent à l’élaboration de solutions thérapeutiques.

Je vous livre ici quelques unes de ces recherches :

Des plantes intéressantes en Ayurvéda

Le Triphala. Cette préparation ayurvédique se compose de trois fruits séchés fonctionnant en parfaite synergie : amalaki, haritaki et bibhitaki.
Amalaki est un antioxydant naturel qui supprime les inflammations . Il permet également d’augmenter la « masse maigre » du corps et de maintenir un niveau de glycémie équilibré.Haritaki soutient quant à lui le processus de nettoyage naturel du corps en éliminant en douceur les toxines qui s’accumulent dans l’intestin. Enfin, Bibhitaki est particulièrement efficace pour réduire l’accumulation de graisses. Le Triphala existe en poudre ou sous forme de comprimés.

Le Coleus Forskohlii est utilisé pour favoriser l’élimination des graisses, des petites rondeurs indésirables et pour stimuler la perte de poids. Son principe actif, la forskoline, permet d’activer le métabolisme en stimulant les enzymes responsables de l’élimination des graisses, sans diminuer la masse musculaire pour autant. Chaque partie du Coleus Forskohlii contient de la forskoline mais c’est dans ses racines qu’elle est la plus concentrée.Il suffit d’ailleurs d’une gélule par jour pour éviter la fixation des graisses et éliminer celles qui se sont accumulées. La forskoline stimule directement la thermogenèse (Elle augmente le métabolisme de base , les besoins en énergie de l’organisme) et la lipolyse (le processus de consommation de ses propres graisses). Selon une étude sur 30 personnes cette herbe ayurvédique pourrait être utilisée pour lutter contre la prise de poids mais également contre l’hyperglycémie, et la résistance à l’insuline. (Donc le diabète de type 2) . Cette expérimentation a constaté une réduction de graisse au niveau du ventre et des hanches.

Le Thé Vert est aussi une solution intéressante pour perdre du poids, il est bourré de substances puissantes et bénéfiques pour le corps. On connaît déjà ses vertus antioxydantes et anti cancer , il permet également de stimuler l’humeur grâce à la Lthéamine qui agit sur la Gabba, et donne un effet relaxant sur le système nerveux et un effet stimulant sur le système immunitaire.

Deux chercheurs de l’université de Bâle ont réalisé une vaste synthèse de toutes les études in vitro, et in vivo (humains et animaux) sur l’EGCG (épigallocatéchine-gallate, puissant anti oxydant) du thé vert. La majorité des études montre que le Thé Vert et les extraits de Thé Vert sont efficaces pour perdre du poids, maîtriser le taux de sucre sanguin et réduire le risque de maladies cardiovasculaires liées au surpoids .

D’autres études ont montré que le Thé Vert augmente la dépense énergétique. Ainsi, en buvant du thé vert, votre corps va brûler plus de calories, ce qui vous permet de fondre plus vite. Le Thé Vert pousse le corps à brûler spécifiquement les graisses. Une étude sur 240 sujets a montré que l’oxydation des graisses augmentait de 17 % chez les sujets qui avaient consommé du thé vert et cette perte de graisse se faisait en particulier au niveau du ventre, et des hanches .

À noter que les sujets perdaient plus de poids lorsqu’ils pratiquaient du sport en parallèle de la cure de Thé Vert. Bien entendu, cela ne marche pas pour tous. Tout dépend en fait de la consommation initiale : chez les personnes qui consomment déjà beaucoup de thé vert ou de café, une dose additionnelle de Thé Vert n’a que peu d’effet sur le poids, mais pour les autres, l’effet est très net.

Mais attention au choix de votre thé vert, car certains contiennent très peu de EGCG voir pas du tout. Il vous faut choisir un thé vert de qualité, en vrac, les feuilles doivent être encore vertes et non pas marrons.
Les sachets en papier de thé vert sont nocifs s’ils sont traités à l’épichlorohydrine. Au contact de l’eau, cette substance dégage du 3-MCPD. Cette substance a déjà été mis en cause par l’Agence sanitaire européenne (EFSA) comme cause potentielle de cancers, d’infertilité et de faiblesse immunitaire.
Certains sachets de thé sont en plastique – à base de polymères synthétiques comme le nylon, ou le PVC. Ces plastiques ne fondent qu’à haute température. Mais avant de fondre, les polymères commencent à se briser à des températures plus basses. En plongeant votre sachet de thé dans de l’eau bouillante, il existe un risque que les polymères relâchent des substances nocives dont les effets sur l’organisme sont mal connus.
De manière générale, les feuilles de thé entières sont préférables aux sachets.

La spiruline est un autre brûleur de graisse intéressant. Après trois mois de supplémentation, les chercheurs ont constaté des résultats positifs chez les patients supplémentés en spiruline. Chez ces personnes, ont a pu observer une baisse significative de leur indice de masse corporelle, de leur poids, de leur pression sanguine systolique et donc de l’hypertension.

La Flore Intestinale

-Si vous cherchez à perdre du poids sans y parvenir, c’est sans doute qu’il vous manque un ingrédient.
Cet ingrédient, ça peut-être une bonne flore intestinale.
On a longtemps pensé que la flore intestinale assurait essentiellement les défenses immunitaires. En effet 80 % de nos défenses immunitaires sont assurées par notre flore intestinale.

Mais la recherche a évolué. Récemment, les scientifiques se sont aperçus que la flore intestinale jouait un rôle dans le contrôle du poids. Une flore intestinale déséquilibrée peut provoquer un surpoids ou rendre la perte de poids difficile. De nombreuses études on montré que la flore des personnes obèses avait une composition différente de celle des personnes minces.

Il nous faut entretenir notre flore intestinale en la nourrissant d’aliments sains, c’est à dire biologiques de saison, frais et locaux , et en la réensemençant régulièrement. Autrement, la flore se déséquilibrera en devenant le refuge d’espèces nuisibles qui déclencheront des constipations, des ballonnements, des diarrhées, des inflammations diverses, des altérations de la peau, l’envie de sucré, le surpoids et l’instabilité d’humeur. Mais une mauvaise flore provoque également des maladies plus graves, comme la colopathie , la rectocolite hémorragique, le cancer du côlon, le diabète de type 2 ou l’obésité.

Une nouvelle bactérie fait fureur actuellement c’est Lactobacillus gasseri, elle possède des propriétés très intéressantes. Les chercheurs ont observé que nourrir notre flore intestinale de Lactobacillus gasseri (ou L. gasseri) facilitait la perte de kilos .

Mais attention ça ne sera pas une solution miracle si vous continuez à vous empiffrer, mais par contre en alliant sport, alimentation saine et quantité raisonnable ce probiotique peut vous aider.

Le gluten :

Le problème fondamental de l’alimentation moderne de base est qu’elle détraque la flore intestinale en réduisant sa variété et en favorisant des espèces de bactéries néfastes. Les antibiotiques aggravent ces effets puisqu’ils détruisent des bonnes bactéries installées depuis notre naissance pour laisser proliférer des espèces non souhaitables.

Aujourd’hui le gluten, que l’on retrouve dans le pain, les pâtes et les pizzas, mais aussi le pâté, les frites, les glaces les sauces industrielles est très mal digéré. Le gluten provoque alors une inflammation chronique de l’intestin. Cette inflammation signale un affaiblissement de la flore intestinale.

L’action du gluten est comparable au fait de gratter continuellement la paroi intérieure de votre intestin avec du papier de verre. Cela détruit la muqueuse qui protège la paroi intestinale. Cette muqueuse est composée de milliards de bactéries. Sans elles, personne ne fait le ménage dans votre intestin pour le maintenir propre et sain. Les peptides non digérés, vont passé la muqueuse et créer une inflammation, sur vos organes les plus fragiles.

La paroi de votre intestin devient poreuse et laisse pénétrer toutes sortes de substances, dans notre sang à la fois celles qui sont un danger pour nous et à la fois celles qui ne sont pas encore assez digérées. Ces substances provoquent alors de nombreux dégâts, par exemple une accélération du stockage des graisses, ou une inflammation chronique .

C’est pourquoi l’arrêt du gluten , qui calme ces différentes inflammation vous fait littéralement dégonfler . On fond parfois sans perdre de poids mais en perdant du volume.

La dopamine

Les personnes obèses sont souvent stigmatisées en raison de leur manque d’activité physique, mais la question qui se pose c’est : est ce que c’est le surpoids qui fait qu’ils n’ont pas envie de bouger ou est ce que c’est parce qu’ils ont du mal à faire des exercices physiques qu’ils sont en surpoids. Hors une étude tendrait à prouver cette baisse d’activité physique pourrait être causée par des dysfonctionnements au niveau de récepteurs cérébraux. En d’autres termes, l’inactivité pourrait être en réalité une conséquence, et non la cause de l’obésité. C’est ce que révèlent des travaux parus dans la prestigieuse revue scientifique Cell Metabolism.

La dopamine, un neurotransmetteur sécrété au niveau du système nerveux central, souvent connue pour jouer un rôle dans la motivation, le désir ou la satisfaction, serait impliquée dans l’obésité . Les chercheurs ont constaté une diminution de l’activité dopaminergique chez des personnes obèses. une diminution d’un récepteur à la dopamine, le D2R, dans le cerveau, entraînerait une diminution de l’activité physique chez les souris maigres. A l’inverse, la restauration du signal nerveux à travers les récepteurs DR2 chez des souris obèses a engendré une augmentation de leur activité physique.

Alors où trouver la dopamine et bien c’est votre cerveau qui en produira grâce à des aliments riches en tyrosine et en phénylalanine, c’est à dire les protéines animales, les céréales, les graines, les haricots, Vous pourrez stimuler la dopamine si vous vous récompensez vous lorsque vous avez atteint vos objectifs , quand vous faites l’amour , quand vous méditez ou quand vous prenez le soleil. Et aussi quand vous faites du SPORT

Le jeûne intermittent

Enfin une solution très intéressante pour perde du poids c’est le jeûne intermittent , comme je vous le disais en commençant cet article on mange trop alors réduire le nombre de ces repas et laisser plus de temps entre le dernier repas et le premier de la journée permet au corps une longue pause digestive qu’il va mettre à profit pour se nettoyer et nettoyer ces organes éliminatoires les fameux émonctoires.

Le principe du jeûne intermittent est que je vais laisser 16h entre mon dernier repas et mon premier repas et je m’autorise à manger durant 8 h. C’est le 16/8 on peut aussi le rendre plus efficace en augmentant sa période de jeûne (17/5).

Pour les chercheurs le jeûne intermittent est naturel pour l’homme car du temps où les frigos n’existaient pas , nos ancêtres se mettaient en route le matin pour trouver de la nourriture et ne commençaient à manger que vers 12:00 où notre feu digestif est le plus important.

Quand on n’est pas habitué, au début cela peut sembler difficile car le ventre fait quelques bruits mais cela n’est pas un signal de faim mais plutôt un signal de nettoyage du corps.

Lorsqu’on jeûne le corps se met systématiquement en mode nettoyage , puis quand les nettoyages sont faits le corps va mobiliser l’énergie disponible pour l’auto réparation, donc no systèmes se guérissent eux même c’est la loi d’Homéostasie. Et si on revient à l’obésité qui est une pathologie, durant le jeûne intermittent le corps vas non seulement brûler ces graisses (énergie nécessaire) car il n’a plus de glucose à sa disposition, mais en plus il va nettoyer ces principaux organes et les réparer . Enfin durant le jeûne intermittent vous produisez plus d’hormone de croissance qui va vous aider à brûler nos graisses mais qui va aussi réguler le taux de glucose dans le sang.

Lorsqu’on a compris cela on n’y fait plus attention, et les nettoyages s’étant fait on n’aura de moins en moins cette sensation. Plus on pratique cette discipline et plus la sensation de faim disparaît rapidement, et au bout de quelques temps cela nous devient naturel.

Références

Mattson, M. P., Allison, D. B., Fontana, L., Harvie, M., Longo, V. D., Malaisse, W. J., … & Panda, S. (2014). Meal frequency and timing in health and disease. Proceedings of the National Academy of Sciences, 111(47), 16647-16653

1. Loftus HL, et al., Coleus forskohlii Extract Supplementation in Conjunction with a Hypocaloric Diet Reduces the Risk Factors of Metabolic Syndrome in Overweight and Obese Subjects: A Randomized Controlled Trial, Nutrients, 17 novembre 2015, 7(11):9508-22. hielecke F1,

2. Boschmann M. The potential role of green tea catechins in the prevention of the metabolic syndrome – a review. Phytochemistry. 2009 Jan;70(1):11-24. doi: 10.1016/j.phytochem. 2008.11.011. Epub 2009 Jan 13.
3. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/20216555

Laisser un commentaire