Les Énergies de Décembre 2019

Les Maladies cardiovasculaires

Aujourd’hui on va s’intéresser aux maladies cardiovasculaires,elles sont la principale cause de décès et ce sont les maladies qui entraînent aussi le plus de dépenses de santé. D’où l’intérêt des stratégies nutritionnelles, peu coûteuses et qui ont fait leurs preuves, dans la prévention de ces maladies.

Un apport élevé en légumineuses c’est un risque réduit de 10% maladies cardiovasculaires


Les légumineuses alimentaires (pois chiches, lentilles, haricots) sont riches en fibres, en protéines végétales et en différents micronutriments, faibles en acides gras et leur indice glycémique est modeste. Leur consommation est de mieux en mieux reconnue comme bénéfique dans la prévention et la gestion du diabète de type 2 et des maladies cardiovasculaires (MCV).

 Ainsi, l’American Heart Association (AHA), la Société canadienne de cardiologie et la Société européenne de cardiologie encouragent la consommation de légumineuses (notamment les légumineuses alimentaires, les lentilles, les arachides, les pois frais et les haricots frais) pour réduire le cholestérol LDL et la pression artérielle et améliorer le profil global des lipoprotéines. De même, les directives sur le diabète recommandent aux diabétiques un apport régulier en légumineuses alimentaires pour un meilleur contrôle glycémique et de la pression artérielle, et pour le maintien du poids corporel.

Une méta-analyse (menée au St Michael Hospital (Toronto) présentée dans la revue Advances in Nutrition) évalue, la relation entre les apports alimentaires avec ou sans légumineuses et l’incidence et la mortalité des maladies cardiovasculaires, du diabète, de l’hypertension et / ou l’obésité. Elle confirme que les personnes qui consomment le plus de légumineuses présentent un risque réduit de maladies cardiovasculaires, coronariennes et d’hypertension de près de 10% par rapport aux consommateurs les plus faibles.

En pratique, la recommandation est un apport d’environ 3 portions (3 tasses) de légumineuses par semaine, alors que la consommation moyenne, dans les pays riches est estimée à 1 par semaine.

 

La spiruline un super aliment :

Selon une étude réalisée par des chercheurs de l’Instituto Neurologico Mediterraneo Neuromed (I.R.C.C.S.-Pozzilli, Italie), un peptide extrait de la cyanobactérie spiruline peut permettre de lutter contre l’hypertension artérielle en dilatant les vaisseaux sanguins. Des données qui ajoutent aux bénéfices de la spiruline déjà connue comme un super aliment. La spiruline c’est une bactérie capable de photosynthèse, elle est utilisée depuis des millénaires par les Aztèques pour ses bénéfices. Cette recherche montre qu’un de ses extraits, un peptide (une molécule composée d’acides aminés, tels que des protéines, mais de plus petite taille) peut contrer l’hypertension artérielle (HTA) en dilatant les artères.

Les chercheurs ont reproduit ce qui se passe dans l’intestin après avoir ingéré la substance. L’équipe a pu ainsi isoler les peptides qui sont absorbés par notre corps. L’un des peptides isolés, nommé SP6, est identifié pour la première fois par les chercheurs. Administré dans des vaisseaux sanguins isolés en laboratoire, il induit une action vasodilatatrice et donc un effet antihypertenseur. Lorsque les chercheurs administrent SP6 à des animaux hypertendus, leur pression artérielle baisse.

Spiruline bio se trouve un peu partout en boutique bio mais vous pourrez la trouver en concentré chez Marc Moershel (site en construction) , faire votre demande de phycocianine 10 : Phyco10 à marc.moerschel@gmail.com; avec mon code Joulia10 vous aurez 10% de remise

Le café, un moyen naturel de prévention du syndrome métabolique
Contrairement à une idée reçue la consommation de café présente de nombreux bénéfices : les recherches présentées à la Conférence européenne sur la nutrition organisée par la Fédération des sociétés européennes de nutrition (FENS) à Dublin (Irlande) soulignent le rôle de la consommation de café, (du aux polyphénols contenus dans le café ) dans la réduction du risque de syndrome métabolique. Hors ce trouble qui affecte plus d’un milliard de personnes dans le monde précède généralement le développement de maladies cardiovasculaires, y compris la maladie coronarienne et l’AVC.

D’autres études montrent qu’une consommation de café modérée (3 à 5 tasses soit environ 400 mg par jour ;(bien sur prises au moment des repas et pas entre les repas.) est associée également à une réduction du risque de certains cancers, du diabète de type 2, de l’hypertension artérielle, et du taux de décès toutes causes confondues.

 

Le régime méditerranéen toujours plébiscité

Le régime méditerranéen est reconnu pour son efficacité contre le risque cardiovasculaire, contre certains troubles du sommeil, pour booster la fertilité, préserver la santé osseuse, prolonger la longévité, bref, définitivement lié à la santé mentale et physique.

L’étude coordonnée à l’Université de Barcelone fait partie du projet PREDIMED, réalisée de 2003 à 2011 pour étudier les effets du régime méditerranéen sur la prévention primaire des maladies cardiovasculaires et a suivi les principaux facteurs de risque cardio-vasculaires de 7.447 participants divisés en 3 groupes d’intervention alimentaire:

· Régime méditerranéencomplété par l’huile d’olive extra vierge (1 l/semaine, 7 cuillères à soupe par jour ),

· régime méditerranéencomplété avec des noix (noix, amandes, noisettes), à raison de 30 g par jour (15 g de noix, 7,5 g d’amandes et 7,5 g de noisettes).

·régime alimentaireallégé en graisses animales et végétales.

Les participants bénéficiaient également d’une formation en nutrition par l’intermédiaire d’une diététicienne et ont reçu des menus et des recettes adaptées à leur type de régime.

Une réduction de 30% du risque de décès cardiovasculaire : A 5 ans, les participants ayant suivi l’un des 2 types de régime méditerranéen montrent une réduction significative du risque de décès cardiovasculaire, par infarctus du myocarde ou AVC,

Ces résultats suggèrent qu’une alimentation riche en graisse végétale est plus saine au plan cardio-vasculaire d’un régime simplement allégé en graisses et viennent contredire quelque peu l’idée qu’il suffit simplement de réduire les graisses pour améliorer la santé cardiovasculaire. En particulier, pour les personnes à risque cardiovasculaire élevé, un régime méditerranéen complété par de l’huile d’olive ou de noix réduit l’incidence d’événements cardiovasculaires majeurs.

Source: NEJM 25 février 2013DOI: 10.1056/NEJMoa1200303 Primary Prevention of Cardiovascular Disease with a Mediterranean Diet (Visuel © Angel Simon – Fotolia.com)

Attention à la parodontie :

Dans cette étude l’auteur Francesco D’Aiuto, professeur à l’UCL Eastman Dental Institute suggère une relation de cause à effet « plus la parodontite est sévère, plus le risque d’hypertension est élevé. Les résultats suggèrent que les patients atteints de maladie des gencives doivent être informés de ces conséquences. Il existe des modifications à apporter au mode de vie qui permettent de prévenir l’hypertension artérielle, tels que l’exercice et une alimentation saine ». L’hypertension artérielle affecte 30 à 45% des adultes dans le monde et constitue la principale cause de décès prématuré. La parodontite touche plus de 50% de la population mondiale. L’hypertension est la principale cause évitable de maladie cardiovasculaire et la parodontite a déjà été associée à un risque accru de crise cardiaque et d’accident vasculaire cérébral.

L’hypertension, devient un paramètre important de crise cardiaque et d’AVC particulièrement chez les patients atteints de parodontite.
De précédentes recherches ont déjà suggéré un lien entre la parodontite et l’hypertension, et émis l’hypothèse qu’un traitement dentaire pourrait également améliorer la pression artérielle. L’équipe de l’UCL a souhaité vérifier cette hypothèse par méta-analyse de 81 études menées dans 26 pays. L’analyse conclut que :

la parodontite modérée à sévère est associée à un risque accru de 22% d’hypertension, une parodontite sévère à un risque accru de 49% d’hypertension ;
la pression artérielle moyenne est plus élevée chez les patients atteints de parodontite que chez les autres patients ce qui induit une augmentation de 25%du risque de décès par crise cardiaque ou par accident vasculaire cérébral (AVC).

Le lien entre la maladie des gencives et l’HTA peut s’expliquer par les bactéries buccales associées, il en résulte une inflammation de l’organisme, qui affecte la fonction des vaisseaux sanguins. Une susceptibilité génétique commune pourrait également jouer un rôle, de même que des facteurs de risque liés au mode de vie, dont le tabagisme et l’obésité.

Enfin le meilleur pour la fin : Une molécule anti-âge chez les jeûneurs qui réduit  le vieillissement vasculaire

oui quelques études sur le jeûne commencent à voir le jour .

Lors de l’une de ces études une équipe de la Georgia State University identifie une molécule aux effets anti-âge prometteurs sur le système vasculaire. Produite pendant une période de jeûne ou de restriction calorique, la molécule aurait la capacité de réduire la fréquence et la sévérité des maladies humaines associées aux vaisseaux sanguins.

Avec l’âge, les humains sont plus de risques de développer une maladie chronique, telle que le cancer, les maladies cardiovasculaires et la démence dont la maladie d’Alzheimer. le Dr Ming-Hui Zou, nous explique  : « L’âge est le facteur de risque le plus important de maladie humaine. Retarder le vieillissement est une voie majeure pour réduire l’incidence et la gravité de la maladie chez l’Homme. Or, le vieillissement vasculaire est probablement l’élément le plus important du vieillissement : car avec l’âge, les vaisseaux qui alimentent les différents organes sont les vaisseaux plus touchés ».

Le lien entre restriction calorique et retardement du vieillissement : Depuis longtemps chez l’animal, on a vu que la restriction calorique permettait de prolonger la vie en bonne santé.Durant cette dernière étude les chercheurs ont identifié une petite molécule produite par le foie à partir d’acides gras pendant les périodes de faible consommation alimentaire : le β-hydroxybutyrate, une molécule hydrosoluble. Ce composé, le β-hydroxybutyrate, peut retarder le vieillissement vasculaire par les cellules endothéliales, qui tapissent la surface des vaisseaux sanguins et des vaisseaux lymphatiques.

 

Alors que les cellules vieillissantes ne peuvent plus se multiplier et se diviser, le β-hydroxybutyrate relance la division et freine le vieillissement cellulaire. Parce que cette molécule est produite pendant la restriction calorique, en cas de suralimentation ou d’obésité, la molécule est supprimée, ce qui accélère le vieillissement. En temps normal, le β-hydroxybutyrate se lie à une protéine spécifique qui lie l’ARN, ce qui augmente l’activité d’un facteur de cellules souches dans le muscle lisse vasculaire et les cellules endothéliales, ce facteur de cellules souches augmente un facteur clé contre la sénescence induite par les dommages à l’ADN, et favorise ainsi la « jeunesse » des vaisseaux sanguins.Pour l’instant les chercheurs travaillent à la la synthèse d’un composé capable d’imiter les effets du β-hydroxybutyrate. Car il est impossible dit cette étude « de demander aux patients de se priver de manger. »

 

 Mais si vous êtes venus aux Bories vous savez qu’il est tout à fait possible d’arrêter de manger ou de faire une cure en restreignant fortement son alimentation (jus de légumes et jus de fruits) et qu’il est donc assez simple de développer cette molécule sans attendre les progrès de la recherche.