Bonjour et bienvenu aux derniers inscrits à Cure jeûne détox à Cahors,

Voici les énergies d’Avril et pour ceux qui veulent prendre soin d’eux ,  faire du bien à leur corps et retrouver une humeur positive, vous pouvez consulter ce lien pour  les inscriptions à la cure jeûne ou détox

 . Voir ici les disponibilités

La cure jeûne avec des massages pour vous faire cooconer entre yoga, méditation et massages ayurvédiques profonds et doux , pour vivre une détente complète  au bord de la piscine avec une  alimentation colorée diététique et bio en  Juin est ouverte il reste 4 places.

La prochaine cure jeûne aura lieu en Novembre du 17/11 au 22/11/2019

A quelles énergies et expériences  durant une cure jeûne pouvons nous nous attendre en Avril 2019?

L’énergie de ce mois-ci est très rassemblée. Tout se déplace de l’extérieur vers l’intérieur , ça arrive de toutes les directions en un seul point. Cela peut ressembler à une implosion. Vous pouvez penser à l’énergie de ce mois-ci comme à un trou noir, mais sans grande conséquence. Il y a une sensation de vide, et l’impression que  tout se résume à une seule chose.  Vous vous sentirez tiré vers l’intérieur.

Ce mois-ci, vous aurez envie de vous replier sur vous même. Ce sera comme si vous étiez pressé de faire quelque chose, ou que vous vous sentiez anxieux de respecter une échéance ou coupable de ce que vous pensiez devoir faire ou ne pas faire. Faites une pause chaque fois que vous ressentez ce sentiment que le  monde qui vous entoure vous pousse, à faire les choses . Faites une pause si vous sentez que quelque chose ne va pas. Observez la sensation et considérez que tout  ce qui vous pousse à faire quelque chose dans le monde, est en réalité une attirance intérieure, un besoin d’intériorisation.


On a vraiment l’impression que tout ce mois-ci tente de vous attirer au centre de vous-même, comme si vous vous appeliez à la maison d’une manière très convaincante. Rien ne fonctionnera pour vous ce mois-ci à moins que vous ne vous connectiez à la partie la plus profonde de vous-même. Chaque fois qu’un problème surgit, chaque fois qu’une question surgit, demandez-vous «Qu’est-ce qui résonne en moi? »  » a quoi cela fait référence au plus profond de moi? » « Quel dialogue entre moi et moi puis je établir? » Cela vous permettra de vous centrer sur vous  dans le bon sens.


Si vous vous engagez  à effectuer une enquête personnelle sur vous, tout au long du mois, les choses deviennent très simples. Ce qui apparaît comme une vaste série d’événements ou de défis se résumera à une chose simple. Il existe un thème principal, une question principale ou une sorte de blessure originelle dans votre vie qui fournira la réponse et la solution à tous les événements qui se déroulent pour vous. Si vous continuez à vous poser des questions telles que «Qu’est-ce qui m’attire en moi?» Et «Que dois-je faire moi-même?», Vous constaterez que presque tout ce qui se passe dans votre vie se résumera  à une réponse simple.
Il y aura un projet  nouveau ou  ancien  qui revient sans cesse. Un projet qui est au centre de toutes les autres choses que vous faites dans votre vie. C’est un mois très excitant, mais c’est aussi un défi. Ce sentiment d’être tiré à l’intérieur de soi sera difficile à gérer . Rappelez-vous simplement que, quand il semble que vous êtes attirés par le monde, réfléchissez à ce à quoi cela résonne à l’intérieur de vous  pour comprendre votre personnalité.

 

Y a t il des exercices particuliers à faire ce mois ci ?

Il sera bénéfique de libérer un espace chaque jour pour une réflexion personnelle sur vous. Ecrire dans son journal ,  faire une longue marche tous les jours et avoir une réflexion sur vos expériences seront des actes  utiles. Passez du temps à sonder votre relation avec vous-même. Par exemple, ne vous promenez pas avec un ami, mais partez seul afin de vous sentir vous-même, de vous écouter et d’explorer ce qui se passe au fond de vous. Ce sera votre pratique spirituelle. Ce sera votre routine journalière comme de se brosser les dents – ce que vous faites une ou deux fois par jour régulièrement tout au long du mois. Faites-en votre pratique de méditation. Faites-en votre pratique de prière. Faites-en une priorité chaque jour. Instaurer cela  dans votre journée et engagez-vous pendant au moins vingt minutes, si ce n’est plus, sans distraction sans rien faire d’autre, juste  vous écouter.


L’écriture fournira un excellent outil pour aider votre esprit à rester concentré sur les questions de «Qu’est-ce que je ressens?» «De quoi ai-je besoin?» «Où ai-je mal tourné?» «Qu’est-ce que je veux corriger? Qu’est ce qui est juste pour moi? »Plus vous le faites, mieux c’est. Mais le plus important est que vous le fassiez tous les jours de façon constante. Juste ce mois ci. Vous n’êtes pas obligé de faire cela tout le reste de votre vie, mais durant les jours d’avril, engagez-vous à le faire et voyez ce qui va arriver.


Si vous écrivez réellement vos pensées, si vous vous en tenez à ce journal, vous obtiendrez une carte qui vous aidera à identifier le thème que vous recherchez qui répondra à de nombreuses questions. L’écriture vous permettra de voir plus clairement où tout cela vous amène et quel est le thème central de votre histoire.
 

 
 

Y a t il des actions à éviter ?

Il sera important que vous évitiez de trop vous  charger en distractions ou en activités différentes. C’est une période  où vous ne voudrez peut-être pas trop dire oui à trop d’engagements sociaux ou trop de demandes des  personnes de votre entourage. C’est bien de dialoguer avec les autres,d’avoir un lien social, mais ce mois-ci, vous préfèrerez rester plutôt solitaire, calme et il sera bénéfique que votre agenda  ne soit pas trop  plein.
La sensation de rassemblement, de temps compressé fait que le mois passe très vite. Vous aurez  l’impression qu’Avril  passera en un instant. Ne remplissez pas trop votre agenda sinon cela sera encore plus fort et vous ne remarquerez même pas le temps qui passe. Laissez vous du temps libre, faites de la place, dites «non» plus souvent, soyez très pointilleux à qui vous dites «oui». De cette façon, vous vous autoriserez à exploiter l’énergie plutôt que de la perdre

 Que faudrait il savoir de plus pour ce mois ci ?

Au niveau de la société ce mois ressemblera à un chaos. Il y aura beaucoup de changement. Il peut y avoir des catastrophe naturelles qui poussera les gens à s’enfuir, et il y aura certainement des manœuvres politiques ou des scandales qui attireront votre attention. Si vous prêtez trop attention vers l’extérieur, vous entrerez dans le chaos et la frénésie.


C’est comme si vous aviez dérangé une fourmilière et que toutes les fourmis se dispersaient tout autour. Cette métaphore,est assez juste de ce qui se passera car lorsque vous bousculez une fourmilière et que les fourmis se dispersent dans toutes les directions, les fourmis finissent par  s’organiser, à créer un flux et un rythme et à travailler ensemble pour reconstruire. L’idée ici est que vous pourriez être l’une de ces fourmis qui s’affole un certain temps avant d’entrer enfin dans le flux, ou vous pourriez être l’une des fourmis qui trouve ce flux et cette organisation tout de suite et entraîne les autres dans le rythme pour travailler ensemble. Pour parvenir à cet idéal d’ordre et d’harmonie il faut vous éloigner du chaos des fourmis qui s’embrouillent, centrez vous vers l’intérieur, rassurez-vous et demandez-vous ce dont vous avez besoin plutôt que de prêter trop d’attention à ce qui se passe autour de vous.
 
 

 
 

Cure jeûne  et Dépression :

On sait que nos intestins contiennent autant de neurones que le cerveau d’un petit chien, cela donne à réfléchir sur l’importance de cet organe quant à son influence sur nos comportements.

La France est l’un des plus grands consommateurs d’anti-dépresseurs, et les chercheurs s’intéressent sur les possibles effets de certaines souches de bactéries de notre microbiote sur notre équilibre mental, notamment dans le cas de la dépression.

Une toute nouvelle étude vient de démontrer que la flore intestinale communiquait avec le cerveau dans un langage qu’on ne soupçonnait pas.Jusqu’à présent, on savait que les bactéries étaient capables de dialoguer avec le cerveau enfabriquant les mêmes neurotransmetteurs que lui. Désormais, on sait aussi qu’elles contrôlent l’expression de nombreux gènes humains par le biais d’un autre messager bien connu : l’oxyde nitrique.

Cette découverte confirme que l’équilibre de notre flore est le garant de l’équilibre de notre cerveau et pourrait s’opposer aux troubles dépressifs qui sont en constante progression depuis plusieurs années.

 

 

 

 

.

 

 

 

 

 

1) Les Mécanismes de la dépression


La dépression est une maladie qui se caractérise notamment par une grande tristesse, un sentiment de désespoir (humeur dépressive), une perte de motivation et de facultés de décision, une diminution du sentiment de plaisir, des troubles alimentaires et du sommeil, des pensées morbides et l’impression de ne pas avoir de valeur en tant qu’individu. La réponse allopathique a été jusqu’à présent de donner des anti-dépresseurs .


Ils ciblent leur action sur les neurotransmetteurs qui sont des sortes de messagers chimiques qui permettent une bonne communication entre les neurones. Cette communication est fortement altérée. Aujourd’hui les traitements visent à augmenter les neuromédiateurs comme la recapture de la sérotonine (entre autre), communément appelée hormone de la bonne humeur.


Notre alimentation va impacter cet équilibre car les recherches ont démontré que 90% de cette sérotonine est produite par les intestins car, elle est un dérivé du tryptophane, un acide aminé que l’on retrouve uniquement dans l’alimentation : protéines animales, banane, riz complet, chocolat noir, légumineuses.

D’autre part , une alimentation équilibrée en tryptophane pourra ne pas être suffisante si le foie est engorgé car c’est lui qui synthétise la sérotonine grâce à un processus appelé la méthylation. Si celle-ci est perturbée par un foie engorgé, la sérotonine n’arrivera pas en quantité suffisante. Et la dépression peut survenir.

Communication entre intestin et cerveau se fait par le nerf vague. C’est le nerf vague qui contrôle le pylore, petit clapet empêchant les acides de l’estomac d’entrer dans les intestins sauf pendant le passage du bol alimentaire. Un état de stress chronique peut perturber le bon fonctionnement de cette petite porte, laissant se déverser les acides de l’estomac lessivant ainsi toute la flore microbienne si bénéfique.

La flore est perturbée ce qui entraîne un processus inflammatoire des parois intestinalesainsi qu’une hyper-perméabilité. Les vitamines, les oligo-éléments et minéraux indispensables pour le métabolisme de différentes fonctions organiques dont la synthèse de la sérotonine ne sont plus assimilés correctement. Une équipe de chercheurs de l’INRA de Bordeaux a mis en évidence que le manque de sérotonine serait dû à une inflammation cérébrale provoquée non seulement par un stress chronique mais aussi par la présence de molécules qui auraient rester dans l’intestin mais du fait de sa perméabilité se trouve dans le sang puis dans le cerveau. Cette perméabilité, par l’inversion de la polarité de la muqueuse intestinale engendrera une mauvaise assimilation des oméga3, qui auraient pu jouer le rôle d’anti-inflammatoires naturels et qui au contraire va favoriser l’inflammation de la muqueuse intestinale.

 
 

 

2) La relation entre microbiote et maladies mentales
En février 2019, dans la revue Nature Microbiology, une étude a été publiée dans laquelle une équipe de chercheurs belges ont présenté leurs travaux sur la corrélation entre le microbiote et la santé mentale.

En analysant des échantillons de selles de plus de 1000 volontaires, ils ont pu observer que chez les personnes dépressives, deux familles de bactéries étaient moins nombreuses.Ceci était aussi le cas pour les sujets sous traitement anti-dépresseur. Ces deux familles de bactéries sont les coprococcus et les dialister déjà réputées pour leurs propriétés anti-inflammatoires.

-Comment les bactéries intestinales « bénéfiques » peuvent-elles   lutter contre   la dépression ?
La digestion Les bactéries intestinales sont des micro-organismes qui vivent dans notre tube digestif. Elles seraient plus de 100 000 milliards à s’y épanouir pour un poids total plus lourd que notre cerveau ! Au début, les chercheurs pensaient qu’elles nous aidaient simplement à mieux digérer. Ils ont compris assez rapidement qu’elles se nourrissaient des particules alimentaires que nous ne pouvions pas digérer et qu’elles produisaient en retour des molécules bénéfiques. En réalité, l’homme et son microbiote vivent en symbiose totale,au point de former un être hybride humain-microbes où chacun est indispensable à l’autre.
Les psychobiotiques ou l’administration de souches de probiotiques spécifiques et adaptées au type de dépression donnera des résultatsencourageants.

Des souris nourries avec des Lactobacillus rhamnosus ont vu leurs symptômes anxieux et dépressifs diminuer (Institut corps-esprit au Canada).

La maturation du système immunitaire : La communauté scientifique a ainsi découvert que la flore bactérienne prenait en charge une partie de la maturation de notre système immunitaire en apprenant à l’organisme à réagir de façon appropriée face à des molécules étrangères. Ainsi, l’essor des maladies auto-immunes au cours des dernières décennies serait directement lié à une dégradation de notre microbiote, et du même coup, à une mauvaise maturation de notre système immunitaire.

 


Mais le meilleure restait à venir. Ces dernières années, plusieurs équipes de chercheurs ont découvert que les bactéries de notre système digestif étaient capables d’envoyer des messages au cerveau. Des messages susceptibles d’influer sur des mécanismes psychologiques très variés et impliqués dans plusieurs troubles mentaux comme l’anxiété chronique, la dépression ou les troubles de l’humeur. Deux modes de communication ont été mis en évidence :
La production de neurotransmetteurs. Les neurotransmetteurs sont des composés chimiques habituellement libérés par les neurones, et capables d’agir sur d’autres neurones. Il se trouve que les bactéries intestinales et certains probiotiques sont capables de sécréter les mêmes neurotransmetteurs et de les transmettre jusqu’au cerveau .
Les rats anxio-dépressifs ont un taux de GABA extrêmement bas .Plusieurs souches de Lactobacilli et Bifidobacteria sécrètent par exemple du GABA , un neurotransmetteur inhibiteur dont la production est considérablement ralentie en cas de dépression et d’anxiété. D’autres espèces bactériennes fabriquent également de l’acétylcholine (un neurotransmetteur impliqué dans la mémoire, la concentration et l’humeur) et de la sérotonine.

Ainsi, des travaux ont montré que l’utilisation de probiotiques augmentait les niveaux de certains neurotransmetteurs dans le cortex frontal, réduisant ainsi les symptômes de la dépression .

-La réduction de la neuro-inflammation.Une étude préliminaire parue en décembre 2018 a montré que l’administration de probiotiques pendant 6 mois a permis d’améliorer la condition de personnes souffrant de troubles bipolaires. Cet effet bénéfique a été renforcé chez les personnes dont les taux d’inflammationétaient les plus élevés. Les chercheurs n’ont pas été surpris : de précédents travaux ont montré que les probiotiques agissaient contre l’inflammation en limitant l’expansion des bactéries pathogènes dans le petit intestin, en renforçant la barrière intestinale, en réduisant la translocation bactérienne et en diminuant le nombre de cytokines inflammatoires et de substances toxiques qui circulent dans l’organisme.

 

 

 

 

3) Comment une cure jeûne peut il trouver sa place dans ces mécanismes.

Le problème avec les probiotiques c’est que ce sont des bactéries qui ne s’implantent pas dans l’intestin, elles ne sont que de passage, et n’auront un rôle que tant qu’on en prend. On arrête d’en prendre et les bactéries pathogènes se remettent à pulluler. Et au bout d’un moment leur efficacité s’amoindrit il faut changer de souche.

Durant le jeûne des mécanismes très puissants vont se mettre en place, le système immunitaire pourra se reconstruire car tout le système digestif est au repos donc les leucocytes et macrocytes vont pouvoir devenir mature. Les bactéries pathogènes vont disparaître par le fait de ne pas être alimentés alors que la bonne flore qui sait supporter le jeûne va pouvoir reconquérir l’espace, les familles de bactéries vont pouvoir se rééquilibrer. La muqueuse intestinale a le temps de se reconstruire et sa polarité redevient normale l’inflammation disparaît et l’intestin cicatrise.

Les neuro médiateurs comme la dopamine , la sérotonine, l’adrénaline vont être fabriqués en plus grand nombre et il y aura plus de récepteurs pour eux , donc les messages entre cerveau et intestins passeront mieux. Ce qui explique que les personnes en jeûne au bout de quelques jours retrouvent une meilleur humeur et qu’aux Etats Unis et en Russie on soigne la dépression par le jeûne.

Références

Dash S, Clarke G, Berk M, et al: The gut microbiome and diet in psychiatry: focus on depression. Curr Opin Psychiatry 2015; 28:1–6
Dinan TG, Stanton C, Cryan JF (2013) Psychobiotics: a novel class of psychotropic. Biol Psychiatry 74(10):720–726
Schousboe A, Waagepetersen HS (2007) GABA: homeostatic and pharmacological aspects. In: Tepper JM, Abercrombie ED, Bolam JP (eds) GABA and the basal ganglia: from molecules to systems, vol 9–19. Elsevier Science B, Amsterdam
Roshchina VV (2010) Evolutionary considerations of neurotransmitters in microbial, plant, and animal cells. In: Lyte M, Freestone PPE (eds) Microbial endocrinology: interkingdom signaling in infectious disease and health. Springer, New York, pp 17–52
Collins SM, Bercik P (2009) The relationship between intestinal microbiota and the central nervous system in normal gastrointestinal function and disease. Gastroenterology 136:2003–2014
Desbonnet L., Garrett L., Clarke G., Bienenstock J., Dinan T.G. The probiotic Bifidobacteria infantis: An assessment of potential antidepressant properties in the rat. J. Psychiatr. Res. 2008;43:164–174. doi: 10.1016/j.jpsychires.2008.03.009.
American College of Neuropsychopharmacology. « Probiotics could help millions of patients suffering from bipolar disorder. » ScienceDaily. ScienceDaily, 13 December 2018. .
Maes M, Kubera M, Leunis JC et al (2013) In depression, bacterial translocation may drive inflammatory responses, oxidative and nitrosative stress (O&NS), and autoimmune responses directed against O&NS-damaged neoepitopes. Acta Psychiatr Scand 127(5):344–354
Wium-Andersen MK, Ørsted DD, Nielsen SF, et al: Elevated C-reactive protein levels, psychological distress, and depression in 73,131 individuals. JAMA Psychiatry 2013; 70:176–184
Cepeda MS, Makadia R: Depression is associated with high levels of C reactive protein and low levels of exhaled nitric oxide: results from the 2007–2012 National Health and Nutrition Examination Surveys. J Clin Psychiatry (Epub ahead of print, June 21, 2016)
Berk M, Williams LJ, Jacka FN, et al: So depression is an inflammatory disease, but where does the inflammation come from? BMC Med 2013; 11:200
1. Puneet Seth, Paishiun N. Hsieh, Suhib Jamal, Liwen Wang, Steven P. Gygi, Mukesh K. Jain, Jeff Coller, Jonathan S. Stamler. Regulation of MicroRNA Machinery and Development by Interspecies S-Nitrosylation. Cell, Feb. 21, 2019; DOI: 10.1016/j.cell.2019.01.037

 



 
 

Cliquez sur l’image pour aller sur le site

 
 
 
 
 
 
 
 

La cure de massages pour vous faire cooconer entre yoga, méditation etmassages ayurvédiques profonds et doux , pour vivre une détente complète  au bord de la piscine avec une  alimentation colorée diététique et bio en  Juin est ouverte il reste 4 places.

La suivante aura lieu en Novembre du 17/11 au 22/11/2019

Laisser un commentaire