Comment pouvez vous manger ça ?

Comment pouvez vous manger ça ?

Soupes en sachet, jambon intégralement reconstitué, plats tout préparés insipides et gorgés d’additifs, desserts archi-sucrés au lait en poudre… Dans quelques décennies, nos petits-enfants risquent de tomber des nues en découvrant ce qu’on avalait au début du XXIème siècle. Une époque insensée où les « faux-aliments » représentaient jusqu’à la moitié des apports journaliers. Malheureusement, c’est encore la réalité et il faudra s’armer de patience avant de voir ces hérésies disparaître des rayons et des assiettes.Comment pouvez vous manger ça ?

Mais, la roue est bien en train de tourner.

Après avoir suivi plus de 100 000 personnes pendant 8 ans, des chercheurs français viennent de mettre en évidence un lien entre la consommation de produits « ultra-transformés » et une augmentation du risque de cancer. Si vous décidez soudainement d’augmenter de 10 % la part de produits ultra-transformés de votre alimentation, vous augmentez votre risque global de cancer de 12 %. L’étude publiée dans le British médical journal (BMJ) ne fait que renforcer la suspicion qui planait déjà autour de ces produits, notamment vis-à-vis de l’obésité, du diabète, de l’hypertension, des maladies inflammatoires et des troubles cardio-vasculaires. Comment pouvez vous manger ça ?

Quels produits se cachent derrière les « aliments ultra-transformés » ?

Vous n’êtes pas sûr(e) de savoir ce que sont les produits ultra-transformés ? Allez faire un tour au supermarché et repérez les aliments dont la matrice a été totalement déstructurée. On ne parle pas des aliments transformés comme les fromages, le pain ou les pâtes, mais de ceux qui n’ont plus rien de naturel, ceux qui présentent une liste interminable d’ingrédients au dos du paquet, ceux qui sont artificiellement bourrés de matières grasses, de sel, de sucres, de sirop de glucose, de conservateurs et de tout un arsenic d’additifs pour donner l’illusion, le goût et la palatabilité d’un aliment normal. Vous ne pouvez pas les louper : dans certains rayons, il n’y a quasiment que ça (on estime d’ailleurs qu’ils pourraient constituer environ 80 % des aliments emballés en supermarché.Comment pouvez vous manger ça ?

Avant d’hériter de ce nom technique, les produits ultra-transformés étaient regroupés sous le nom très évocateur de « malbouffe ». Les biscuits fourrés, les céréales de blé recomposé, le fast-food, les margarines, les chips, les saucisses, les crèmes glacées, le pain de mie reconstitué, les nuggets, les biscuits apéritifs : la liste est interminable. L’exploit de la grande distribution et du marketing agro-alimentaire est d’avoir donné envie de consommer ces produits faciles à produire en masse (et donc rentables), tout en n’ayant aucun intérêt sur le plan nutritionnel et même une certaine nocivité pour la santé.Comment pouvez vous manger ça ?

 

Comment reconnaître les produits ultra-transformés ?

 

Pour ne pas les louper, les chercheurs ont établi plusieurs critères :

-Ce sont des aliments produits de manière industrielle à partir de cinq ingrédients ou plus (par exemple : huiles hydrogénées, protéines hydrolysées, maltodextrines, lécithine de soja, amidon de riz, sirop de glucose, sucre inverti, et bien d’autres.). 

-Ils contiennent divers additifs dans le but d’imiter les qualités sensorielles des vrais aliments ou de masquer les qualités sensorielles indésirables des produits finaux.Comment pouvez vous manger ça ?

-Ce sont des produits qui ne sont pas fournis en tant que tel par la nature : ils sont fabriqués à partir d’une recombinaison d’éléments. L’aliment de base n’est plus reconnaissable tant il est raffiné.Comment pouvez vous manger ça ?

-Ils se présentent sous des emballages sophistiqués et hyper-attrayants, avec parfois des allégations ou des slogans marketing.Comment pouvez vous manger ça ?

Bien sûr, ces produits peuvent avoir un intérêt dans certains cas (rations de survie pour l’armée, friandises, situations exceptionnelles, manifestations sportives ou festives) mais ils ne peuvent raisonnablement pas constituer plus de 50 % de l’apport calorique comme c’est le cas aujourd’hui.Comment pouvez vous manger ça ?

D’ailleurs, des chercheurs brésiliens ont montré que le risque pour la santé commençait à augmenter significativement au-delà de 13 % de l’apport calorique

 

Qu’est-ce que cette étude va changer ?

 

C’est la première étude à porter réellement sur le risque de cancer chez l’homme, même si des expériences chez l’animal avaient déjà pointé les effets cancérogènes de plusieurs composants des aliments ultra-transformés. Il faudra donc d’autres études avant de démontrer de façon incontestable que ces produits sont cancérigènes. Comment pouvez vous manger ça ?

D’ici là, le lobby agro-alimentaire va dérouler une stratégie archi-classique, bien connue des industries qui ont été accusé dans le passé de commercialiser ou d’utiliser des facteurs de risque du cancer. Comment pouvez vous manger ça ?

Voici un portrait-robot de cette stratégie :

Objectif : continuer à promouvoir un produit que l’on sait nocif, gagner du temps pour faire du profit le plus longtemps possible.

Phase 1 : Tant que les dangers ne sont pas reconnus par la communauté scientifique tout entière : contester les études par l’intermédiaire d’experts et marteler l’absence de preuves.

Phase 2 : Relativiser les dangers, se montrer volontaire pour diminuer les risques (en changeant la composition des produits ou en ajoutant des mesures de sécurité).

Phase 3 : Admettre le risque pour la santé mais affirmer que le produit présente d’autres avantages, ou même qu’il est indispensable à la société. Comment pouvez vous manger ça ?

Chaque phase doit durer le plus longtemps possible pour poursuivre la production et la promotion du produit néfaste. Au fil du temps et des connaissances qui s’accumulent, les acteurs opèrent un glissement dans la désinformation.

On passe classiquement de la non-dangerosité du produit (ou l’absence de preuves) à un degré de protection en fonction de l’utilisation du produit (« c’est la dose qui fait le poison »). Comment pouvez vous manger ça ?

Cette stratégie est possible car le délai de latence entre l’exposition aux facteurs de risques et l’apparition des maladies est long (de 10 à 40 ans), ce qui joue clairement en faveur de la désinformation.Comment pouvez vous manger ça ?

L’industrie agro-alimentaire.

 

Pour les produits ultra-transformés, il y a fort à parier que l’évolution de la stratégie prendra le même chemin si les prochaines études confirment ce qu’on a toujours soupçonné : ces produits ultra-transformés sont des bombes à retardement.

En attendant, la stratégie actuelle est en Phase 1 : nier en bloc . Comment pouvez vous manger ça ?

Catherine Chapalain, directrice générale de l’Ania (Association nationale des industries alimentaires), a d’ores et déjà dégainé : « seule une corrélation a été montrée et non un lien de causalité entre les aliments ultra-transformés et l’augmentation du risque de cancer ».

Une intervention appuyée par un « éditorial » publié dans la même revue médicale et signé par deux chercheurs en réaction à l’étude sortie quelques jours plus tôt. D’après eux, l’étude est biaisée par certains facteurs comme « le tabagisme et l’activité physique » et il est donc important de ne pas « tirer de conclusions hâtives ».

Quand on creuse, pourtant, on s’aperçoit que l’un des auteurs de l’éditorial déclare un conflit d’intérêt : il a reçu une subvention en provenance d’AstraZeneca, un groupe biopharmaceutique international et dont les activités agroalimentaires ont permis la création du géant Syngenta.  Comment pouvez vous manger ça ?

 

N’attendez pas la phase 2 : prenez les devants

 

Cette phase de déni des acteurs de l’agro-alimentaire risque de durer un moment. Mais vous n’avez pas besoin d’attendre une nouvelle alerte pour réagir !
Dès aujourd’hui, vous pouvez faire le choix de réduire la consommation de ces « faux-aliments » qui sapent votre santé.

Et n’allez pas croître les arguments de l’industrie :
Vous ne nuirez pas à l’emploi : en choisissant des produits de bonne qualité, vous valoriserez d’autres filières et contribuerez à une offre alimentaire plus saine.
Vous ne vous priverez pas : quand on cuisine soi-même des produits sains, le plaisir est décuplé et il peut tout autant être partagé. Comment pouvez vous manger ça ?
Et si vous ne parvenez pas à réduire suffisamment ces aliments (par manque de temps par exemple), vous pouvez tout de même agir pour vous opposer aux composants qui sont suspectés de favoriser le cancer et les troubles cardio-vasculaires : les conservateurs, les acides gras trans, les pesticides, les édulcorants… Toutes ces substances chimiques qui font grimper en flèche votre niveau de stress oxydatif, associé au développement des cancers.

Pour le faire diminuer, deux solutions : augmenter votre consommation de fruits et légumes (ce qui arrivera forcément si vous diminuez votre consommation de produits ultra-transformés) et/ou s’aider d’antioxydants d’origine naturelle (Biortho Nutergia, Enocéride Lestum , AntiOxydant Synergie Smart)

Si vous souhaitez en savoir plus sur ces faux-aliments qui ont envahi nos assiettes, sachez que le docteur Anthony Fardet, chercheur en alimentation préventive et holistique, vient de paraître un excellent ouvrage Halte aux aliments ultra-transformés !

 

Mangeons vrai.

Comment pouvez vous manger ça

Laisser un commentaire